Aller au contenu
Comment cadrer son projet d’application ?

Comment cadrer son projet d’application ?

Comment cadrer son projet d’application ?

Ça y est ! Vous avez identifié un besoin et souhaitez développer LA solution pour y répondre.

S’engager dans le développement d’un projet numérique peut être à la fois stimulant mais également source de stress pour les entreprises. C’est d’autant plus vrai quand on parle d’application.

Capitaine code, agence de développement d’application sur-mesure et de site internet basée à Valenciennes, vous propose une méthodologie en 5 étapes pour bien cadrer votre projet d’application.

Étape 1 : Se poser les bonnes questions 

Peu importe la nature de votre projet, la première étape du cadrage consiste à se poser les questions de base. Pour cela, il existe une méthode très simple connue sous le nom “QQOQCCP” :

  • Q pour Quoi ? : Quel est l’objectif de votre projet ? En quoi consiste-t-il ? Avec quoi le faites-vous ?
  • Q pour Qui ? : Quelle est votre cible ? Qui va travailler sur le projet dans votre équipe ?
  • O pour Où ? : Où se situe le problème identifié rendant votre projet utile ? S’agit-il d’un problème humain ou matériel ?
  • Q pour Quand ? : A quel moment a eu lieu le problème identifié ? A quelle fréquence se produit-il ?
  • C pour Comment ? : Comment se manifeste le problème ? Comment sont impactées les personnes concernées ?
  • C pour Combien ? : En combien de temps doit-être réglé le problème ? Quel est le budget ? Combien de personnes ou d’équipements sont concernés ?
  • P pour Pourquoi ? : Cette étape consiste, pour les questions évoquées ci-dessus, à se demander “Pourquoi ?”. Il convient d’analyser les raisons, utilités et buts de chaque problème identifié.
QQOQCP
QQOQCP

Étape 2 : Établir une carte mentale

Une carte mentale (Mind map en anglais) est un outil très utilisé en gestion de projet qui a pour but de concentrer tout ce que vous savez sur un sujet.

Elle vous ouvre une vue globale de votre projet et vous permet d’identifier les différents concepts et d’établir des liens entre eux. Son côté “visuel” vous permettra de vous poser les bonnes questions et de repérer les éventuels points de blocage.

Concevez d’abord votre carte à la main, sur une feuille ou un tableau blanc, et reportez là ensuite sur une solution spécialisée (Xmind, Mindmaster … ou PowerPoint si vous préférez).

schéma projet site web
schéma projet site web

Étape 3 : Définir un MVP

MVP pour “Minimum Viable Product” ou “Produit minimum viable” en français.

Quand vous développez un projet, il est important de vous demander quel est le minimum que vous voulez proposer.  Plus concrètement, vous devez vous demander quelles sont les fonctionnalités minimums et obligatoires pour que votre projet ait un intérêt auprès de votre cible.

Pour cela, vous devez rester très simple et ne pas céder à l’emballement, en ajoutant des fonctionnalités superflues, qui ne seront pas nécessaires à cette étape du projet.

A titre d’exemple, imaginez que vous souhaitez créer un nouveau réseau social dans lequel les gens peuvent partager leurs humeurs dans le fil d’actualité. Vous avez couvert ce besoin, mais vous avez une super idée pour gagner de l’argent. Vous pourriez monétiser la mise en avant de contenu pour les entreprises. Cette idée est intéressante, mais n’est pas essentielle au démarrage de votre projet, car ce n’est pas celle-ci qui va permettre à votre application d’exister pour commencer à avoir de l’attraction.

Étape 4 : Rédiger le cahier des charges

Le cahier des charges est le document qui va vous permettre de décrire toutes les étapes de votre projet et de lancer un appel d’offres auprès des prestataires.

Mais que devez-vous mettre dedans ?

  • Contexte et présentation du projet : Présentez votre entreprise (qui vous-êtes ? que faites-vous ? Pourquoi et pour qui le faites-vous ?). Cette étape reprendra en grande partie le QQOQCCP expliqué dans la première étape.
 
  • Description marketing et communication : Vous devrez ici définir vos cibles, les éventuels concurrents de votre projet, comment et où vous allez le vendre et comment vous prévoyez de communiquer.
 
  • Description graphique et ergonomique : Vous devrez ici expliquer votre identité visuelle, la charte graphique qu’il convient de respecter dans votre projet. A l’inverse, vous pouvez également expliquer ce que vous aimeriez voir pour votre projet, vos exigences.
 
  • Description fonctionnelle et technique : C’est ici que vous devrez expliquer toutes les exigences techniques de votre projet. Quels sont les contenus qui apparaîtront sur votre application ? Existera-t-il un espace utilisateurs ? Souhaitez-vous utiliser des technologies particulières ? Des systèmes tiers tels que des logiciels de mailing devront-ils être utilisés ?

    En résumé, il s’agit ici d’un descriptif de toutes les fonctionnalités attendues. C’est cette étape qui va nécessiter le plus de discussion avec votre prestataire.

  • Définition des lots : Nous vous expliquions en étape 3, l’importance de définir un produit minimum. C’est ici que cette étape va prendre tout son sens. En effet, il peut être nécessaire de fractionner votre projet en plusieurs lots. Vous devrez donc ici détailler quelles seront les différentes étapes de livraison des fonctionnalités de votre projet.
    N’hésitez pas aussi ici à décrire la vision, les prochaines étapes, afin de donner des perspectives à votre prestataire. Des économies pourront être réalisées, car votre prestataire pourra faire des choix techniques en ayant en tête les prochaines étapes.

  • Budget et délai : Vous devrez ici préciser le budget alloué et le délai prévisionnel nécessaire à la réalisation de votre projet. Attention, si ces deux critères sont trop éloignés de la réalité, vous pourriez faire fuir des agences ou tout simplement vous bercer d’illusions.
 

Étape 5 : Construire le wireframe et le webdesign

Ces deux notions représentent le cadrage de la partie “visuelle” du cahier des charges. Elles se soucient de deux éléments essentiels sur une application :

  • L’expérience utilisateur (UX) : Il s’agit du lien entre la facilité d’usage de votre application et l’anticipation du comportement que pourrait avoir l’utilisateur. En d’autres termes, il faut se demander quel est le chemin le plus simple que va emprunter l’utilisateur et comment faire pour qu’il emprunte cette direction.
 
  • L’interface utilisateur (UI) : C’est la retranscription de l’expérience utilisateur en visuels. Cela représente l’ensemble des éléments permettant à l’utilisateur d’interagir avec votre application.
 
  • Le wireframe (maquette fonctionnelle en français) va représenter simplement la structure des pages de votre application. C’est alors que l’on définit l’UX par des enchaînements de prototypes d’écran. La structure et l’enchaînement des écrans seront alors décrits.
Exemple de Wireframe
Exemple de Wireframe. Source : https://balsamiq.com/tutorials/articles/firstwireframe/
  • Le webdesign est la dimension esthétique, on ajoute l’UI à l’UX, autrement dit on ajoute l’esthétique à l’expérience. On y retrouve le choix des polices de caractères, les palettes de couleurs, l’usage de bouton arrondis ou en angle droit, l’utilisation d’ombres ou non, etc. Le webdesign va créer une cohérence esthétique dans l’ensemble de l’application et il doit faire en sorte que l’utilisateur se sente bien dans l’univers esthétique proposé. Cet aspect contribue énormément à faire en sorte que l’utilisateur ait le sentiment d’utiliser un outil dans l’air du temps.
 

Idéalement, le wireframe doit être fait avant le webdesign, car il donnera une idée claire du contenu des différentes pages. Le webdesign est une étape qui peut être confiée au prestataire que vous aurez choisi. A noter toutefois que ces 2 étapes peuvent être fusionnées. En effet, un webdesign est tout à fait en mesure de répondre aux attentes d’un wireframe. Il faut juste se rappeler alors que la mission est double : ergonomie et esthétique.

Attention : Il ne faut pas croire que la conception des wireframes et des webdesigns soient des étapes faciles, il s’agit de deux expertises à part entière. Rien ne vous empêche toutefois d’essayer. Votre prestataire aura au pire une première matière de travail pour réaliser son prototypage. Charge à lui de savoir vous dire, après lecture du cahier des charges, que cette partie nécessitera un peu de re-travail.

Pour résumer

Avant de soumettre votre projet à un prestataire, il convient d’avoir une idée claire sur vos attentes. Les agences sauront vous accompagner pour éclairer certains points. Toutefois, qui mieux que vous est capable de décrire ce que vous avez en tête ? Qui mieux que vous est en capacité d’apporter de l’expertise sur votre métier ? Aussi, ce qui vous semble clair tant qu’il est maintenu dans votre esprit pourra vous sembler beaucoup moins évident une fois que vous l’aurez écrit. Cette étape vous fera grandement avancer dans votre projet.

Vous pouvez ne pas trouver le temps pour réaliser un tel travail. Sachez dans ce cas vous faire accompagner. Certaines agences pourront vous accompagner dans une première prestation dont ce sera la seule mission. Ces agences auront à coeur de vous interviewer et de brainstormer avec vous et vos équipes, afin de rédiger le document le plus fidèle à vos besoins. Toutefois, vous ne couperez pas aux exercices de relecture. Faire rédiger votre cahier des charges par une agence ne veut pas dire que vous n’aurez plus rien à faire. Comme nous le disons souvent chez Capitaine Code, un bon client est un client qui travaille à nos côtés !

Point de vigilance

L’absence de cahier des charges doit provoquer une réaction de la part des agences. En notant bien qu’un besoin décrit sur 1 page n’est pas un besoin cadré. Méfiez-vous des agences qui vous proposent un devis en n’ayant posé que peu de questions voire aucune question. Une agence a besoin de savoir dans quoi elle s’engage, car un devis est un engagement contractuel dans lequel l’agence s’engage à délivrer quelque chose, pour un montant donné, dans un délai convenu. Si le flou a été maintenu sur de nombreux sujets, vous risquez de faire face à de très nombreux surcoûts.

Découvrez comment chez Capitaine Code, nous vous accompagnons dans la réalisation de votre application sur-mesure.

Vous avez un projet ? N’hésitez pas à nous contacter par mail à hello@capitainecode.fr ou par téléphone au +33 (0) 785 959 244.

Discutons ensemble de votre projet !

Nous nous déplaçons pour vous rencontrer sur toute la région des Hauts-de-France.

Lille, Saint-Amand-les-Eaux, Cambrai, Valenciennes, Lens, Arras, Douai, etc…